Menu de navigation
Wallonie, nous voici !

Wallonie, nous voici !

  • Auteur: Gaël et Ronan
  • Date: 29 Jan, 2017
  • Categorie:

Renforcé par l’avis de Julien, qui nous a hébergé à Seloignes, nous nous apprêtons à visiter Dinant, jumelée avec notre Dinan breton. Nous reprenons nos vélos après une nuit agréablement passé uniquement à l’abri du tarp, et continuons à longer la Meuse.

Nous laissons nos vélos devant l’office du tourisme, malheureusement fermée pour travaux, et rejoignons la Grotte Merveilleuse, dont nous avons appris qu’elle fait partie des incontournables de la ville. Celle-ci est totalement naturelle, découverte par hasard en 1901 lors de travaux visant à créer une gare ferroviaire. Nous avons juste le temps de manger avant d’entamer la visite guidée d’une heure, en français et néerlandais. Nous descendons dans une galerie manant au premier étage, composé de petites pièces où nous observons stalactites, stalagmites et autres cascades calcaires. Nous continuons la descente vers le deuxième étage, où l’humidité est plus importante. Les pièces y sont cette fois très vastes, avec plusieurs mètres de hauteur sous plafond : on se croirait dans un décor de cinéma où l’imagination fait voire toute sorte de chose parmi ces profusion de concrétion calcaire. Le guide nous montre alors un phénomène particulier, due à un courant d’air dans la grotte : une stalactite oblique qui serait la plus grande d’Europe.

Nous continuons notre chemin dans une galerie créée dans les années 1930, et ayant servie de refuge par la suite lors de la Seconde Guerre Mondiale. Celle-ci nous mène dans une pièce permettant d’observer, quelques mètres plus bas, le troisième et dernier étage de la grotte, totalement immergé. Il se trouve en effet à 65 sous l’entrée de la grotte, soit environ au niveau de la Meuse, qui coule dans la ville. Il ne nous reste plus qu’à gravir les 121 marches pour retrouver la lumière du jour.

Nous poursuivons la découverte de Dinant par la citadelle, immanquable, perchée sur sa falaise surplombant la rivière. Nous prenons donc le téléphérique pour rejoindre la visite guidée qui démarre tout juste à notre arrivée. Pendant près d’1h30, notre guide expliquera à la trentaine de visiteurs que nous sommes, toujours dans les deux langues, le rôle militaire de cet édifice construit par Vauban, permettant surtout de défendre le pont, point stratégique enjambant la Meuse.

Il nous fait ainsi découvrir de manière très interactive la porte principale et ses défenses, l’artillerie, la forge, la boulangerie, ainsi que les abris ayant servis pendant la Première Guerre Mondiale, dont l’un est fortement incliné suite à un bombardement . Nous profitons également du magnifique panorama sur la ville, bien qu’un peu venteux, avant de conclure par une exposition sur la bataille qui s’est jouée dans la ville en août 1914, et pendant laquelle Charles de Gaulle a été blessé. La visite terminée, nous redescendons vers le centre-ville par le téléphérique, déçu de ne pouvoir redescendre par les escaliers, déjà fermés.

Nous concluons la visite de Dinant par sa Collégiale, remarquable par son clocher en bulbe et impressionnante par sa taille, malgré la sensation d’écrasement due à sa position au ras de la falaise. Le nom du saint Patron de la ville nous à fait sourire, il se nomme en effet St Perpète et ses reliques y sont présentées. Nous passons voir enfin la maison d’Adolphe Sax, le Dinantais inventeur du saxophone (pensée pour Quentin), célébré dans la ville notamment par la présence de plusieurs saxophone colorés sur le pont principal. Il ne nous reste qu’à rejoindre nos vélos pour camper de nouveau en bord de Meuse, à la sortie de la ville.

Nous arrivons à Namur, chez notre hôte Luc en début d’après-midi. Ce dernier nous conseille un tour de la vieille ville tant que la belle lumière du moment est présente. Nous partons donc déambuler le long de la Sambre jusqu’à la confluence avec la Meuse. Là bas, nous passons devant le récent parlement Wallon et traversons le pont de Jambes pour avoir un plan d’ensemble sur de nouveau une citadelle en surplomb. La lumière baissant, nous préférons remettre au lendemain son ascension et partons découvrir la place d’armes, le beffroi, le théâtre royal, les traces des anciens remparts et manquons la visite du musée Félicien Rops qui ferme. Nous ne connaissions pas cet artiste qui semble célèbre et ce n’est pas aujourd’hui qu’on réussira à combler cette lacune !

La visite de la cathédrale Saint-Aubin est une très bonne surprise par la beauté de son dôme. Etant invité à manger à 19h par notre hôte nous profitons du temps qui nous reste pour tenter de goûter la blanche de Namur (sans succès) dans un bar étudiant sûrement plus calme qu’à son habitude pour cause de vacances scolaires.

Après une très bonne soirée chez ce fervent acteur de la promotion du vélo, une comparaison des différences entre nos systèmes scolaires respectifs, une nuit au chaud et un petit-dêj au pain frais nous donnent l’énergie pour gravir la route merveilleuse qui mène à la Citadelle. Malheureusement la météo n’est pas avec nous ce jour et nous n’avons qu’un panorama brumeux sur la ville et ses alentours. Dommage ! Après une sympathique descente, et fort de notre arrêt à la meilleur friterie de la Ville ( Voir Rubrique Bonnes Adresses), nous partons vers la capitale.

Sur la route, un détour improvisé à Louvain la Neuve nous permet de découvrir l’univers de d’Hergé, Georges Remi pour les intimes, au sein du musée qui porte son nom. De nombreuses planches originales, dont celles de l’Alph-Art inachevées, des explications sur son enfance et ses sources d’inspirations, son emploi en tant que publicitaire, sa méthode de travail, la découverte de ses autres créations et bien d’autres détails sur cette figure belge de la bande dessinée sont à découvrir pour les tintinophiles dans ce bâtiment conçu par de Portzamparc.

Absorbé par notre visite, nous sortons un peu tard du musée et avons la chance de croiser la route d’Olivier et Cathy qui nous offre un hébergement dans la maison mutualisée au sein de l’habitat collectif où ils résident. Une chouette rencontre de plus, avec ce couple et leurs voisins qui nous accueillent tous chaleureusement.

La visite de ces 3 grandes villes Wallonnes marque la première partie de notre découverte de la Belgique. Nous en retiendrons la splendeur de la Vallée de la Meuse qui doit être encore plus agréable l’été, son passé militaire au travers des citadelles de Namur et Dinant, l’omniprésence du 9ème art, ainsi que l’hospitalité remarquable des belges rencontrés et dont nous profitons de ces lignes pour les remercier de nouveau.

Scroll Up