Menu de navigation
Uppsala, terre de Carl Von Linne

Uppsala,
terre de Carl Von Linne

  • Auteur: Ronan
  • Date: 16 Juil, 2017
  • Categorie:

Après le fourmillement urbain de Stockholm, retour au vert, cette fois sans les sapins de la Dalécarlie, remplacés par les round-baller des plates prairies de la région d’Uppsala. Les châteaux, quant à eux, sont toujours présents, à commencer par le Palais de Rosersbergs, rappelant la proximité de la capitale.

Une étape s’impose à Sigtuna, ancienne capitale et place commerciale de la Baltique, où la présence de nombreuses églises en pierre s’expliquent par le fait d’avoir été la première ville suédoise christianisée. Il ne reste que des ruines de celles de St Olof et St Lars, mais la jolie façade en briques rouges de l’église intacte Ste Marie invite à y entrer. Autre bâtiment remarquable, le minuscule hôtel de ville datant du XVIIIème siècle abrite un musée. Elle est aujourd’hui un lieu de flâneries pour ses aménagements agréables au bord du lac Mälaren et ses quelques commerces hébergés dans d’historiques maisons en bois.

Nous faisons ensuite un aller-retour sur la presqu’île de Balsta formée par l’un des nombreux bras du lac, afin d’y découvrir le château de Skokloster. En descendant vers l’eau, deux constructions se détachent à l’horizon par leurs couleurs : l’un est un massif cube blanc flanqué de tours, l’autre est un bâtiment de brique rouge dont nous ne parvenons pas encore à définir la fonction. Ce n’est qu’en s’approchant que nous reconnaissons la chapelle cistercienne du domaine.

Le plafond voûté décoré de fresques et les murs de briques ornementés de blasons encadrent parfaitement le chœur, « divinement » éclairé en cette fin de matinée ensoleillée.

Les deux premiers niveaux du château accessibles gratuitement ne nous ont pas autant enthousiasmé, même si la décoration des coursives donnant sur la cour intérieure, les murs de cuir doré brillant sous la lumière et les plafonds de stuc nous ont positivement surpris. Les jardins et alentours ne le mettent malheureusement pas en valeur dans son cadre pourtant prometteur.

Les jardins, c’est ce que nous allons chercher à Uppsala, ville natale du célèbre botaniste Carl Von Linné. A peine arrivés, les parterres et bassins du superbe Strasträdgarden nous en donnent un bon avant-goût. Nous apprenons rapidement que celui-ci faisait partie des jardins du château rouge vif que l’on aperçoit en surplomb, et que nous rejoignons. Construit par Gustave Vasa au XVIème siècle, il avait vocation à asseoir le pouvoir royal face au pouvoir ecclésiastique représentée par la cathédrale et pointée par les canons de la forteresse.

Une autre partie des jardins du château a été donné par Gustave III à l’Université d’Uppsala, qui a ajouté à l’extrémité de l’aire baroque le Linnéanum, abritant notamment une orangerie, pour le centenaire de la naissance du botaniste. Au sud, des serres sont entourée de parterres de plantes regroupées par familles dont chaque nom est précisé.

Nous traversons ensuite le jardin de l’université, où une statue de Linné rappelle aux étudiants l’impact scientifique de son travail, pour atteindre la cathédrale, guidés par ses deux flèches. Avant d’y pénétrer, nous visitons la plus modeste église Sainte Trinité, dont les arches de briques, les plafonds peints par Albertus Pictor et le très beau retable mériterait qu’elle sorte un peu plus de l’ombre de sa voisine. Certes, cette dernière est la plus vaste cathédrale du pays, nous en prenons conscience sur le seuil en ne distinguant que difficilement son chœur, impression renforcée par les hautes colonnes élançant la nef. Les chapelles y sont nombreuses, on peut notamment y trouver la pierre tombale de Carl Von Linné ainsi que les gisants de Gustave Vasa et deux de ses épouses.

Malgré notre envie de nous rendre à la résidence de Linné, nous faisons une pause dans un café du centre-ville, à l’abri de la pluie qui s’invite au programme. De sa terrasse, nous profitons de la vue sur les quais de la rivière Fyrisan qui traverse Uppsala. Une trop brève accalmie ne nous permettra pas de réviser notre reconnaissance végétale au sec. Le trop grand nombre d’espèces et la faim arrivant nous poussent à conclure la soirée au restaurant Lingon, autour de traditionnelles et excellentes Kottbullar.

Le centre historique d’Uppsala était auparavant quelques kilomètres plus au nord, on peut aujourd’hui y gravir les trois tertres funéraires où auraient été enterrés trois rois ayant régné avant l’époque Viking. Une charmante petite église en pierre et un musée moderne marquent l’arrivée sur ce site dont la promenade sur les trois collines vertes ne laisse pas supposer son importance historique.

Nous poussons encore un peu plus au nord où les forges se multiplient, à commencer par celles d’Osterbybruk. La reconversion des anciens bâtiments industriels se fait pas à pas, mais on peut déjà profiter de galeries d’art, d’un café, d’une exposition de calèches ainsi que d’un jardin botanique récemment remis en état. Il est également possible de visiter le manoir et la forge wallonne, malheureusement fermés le jour de notre passage. Ne pouvant profiter de l’intérêt historique du site, nous nous contentons donc de passer une après-midi ensoleillé dans un cadre agréable.

C’est en attendant le bateau à Grisslehamn, l’esprit déjà un peu en Finlande, que nous nous remémorons notre parcours à travers la Suède. Après la côte du Kattegatt et ses maisons rouges juchés sur les rochers, nous avons découvert le pourquoi de cette couleur en Dalécarlie, entre les sapins et la mine de Falun. Plus nous laissions derrière nous les grands espaces de forêts et lacs de cette région, plus nous nous rapprochions des châteaux du lac Mälaren, jusqu’à rejoindre sa reine et capitale de la Suède, Stockholm, avant de finir notre périple dans la très universitaire ville d’Uppsala, de fait plus calme pendant l’été. Est-ce parce que nous y avons passé presque deux mois que nous avons tant adoré ce pays, ou est-ce pour le caractère sauvage de ses paysages, la gentillesse de ses habitants, la richesse de son histoire et la longueur de ses soirées d’été ?

Scroll Up