Menu de navigation
Robin des bois, nous voilà !



Robin des bois, nous voilà !

  • Auteur: Gaël et Ronan
  • Date: 10 Juin, 2016
  • Categorie:

Sortis de Cambridge, nous traversons le Cambridgeshire et le Rutland, deux comtés cette fois plus vallonnés, terres de cultures céréalières. Après quelques difficultés à trouver un robinet public et des supermarchés, nous essayons tant bien que mal d’éviter les grands axes pour rejoindre Nottingham.

Panorama de la campagne du Cambridgeshire

Panorama de la campagne du Cambridgeshire


A peine arrivés, nous choisissons de commencer la visite de la ville en longeant le canal qui la traverse d’est en ouest. Celui-ci est fréquenté par des péniches dont l’étroitesse nous étonne et sont amarrées en grand nombre dans la marina située à la sortie de la ville. Le long de ce canal, nous observons de nombreux bâtiments de briques rouges entrecoupés de bâtiments plus modernes. C’est sous l’un d’eux que nous nous abritons pour pique-niquer et éviter l’orage qui s’abat, rafraîchissant une atmosphère étouffante.

Nous nous dirigeons ensuite vers le fameux château de Nottingham, dans l’idée d’y découvrir l’histoire de Robin des Bois, Petit Jean, frère Tocque et de la belle Marianne…Un rapide passage dans les jardins et les galeries d’art de ce surprenant palais raffiné, perché sur son bloc rocheux en plein milieu de la ville, nous fait douter d’avoir visité le bon château. Nous nous rendons également compte que le principal attrait de celui-ci réside dans la visite de ses caves troglodytiques, qui sont certes fermés à l’heure trop tardive où nous sommes arrivés mais sont la caractéristique majeure de l’ensemble de la ville. On se croirait presque sur nos Bords de Loire.

Dans le même temps, le personnel du château nous informe que nos vélos, cadenassés avec leurs lourds chargements dans un parc à proximité, ont été déplacés par leur soin dans la cour d’un pub adjacent, ledit parc fermant lui aussi à 16h. Nous discutons alors pour ne pas payer de nouveau l’entrée du château le lendemain mais seulement l’entrée aux caves (Difficulté augmentée quand les caisses sont fermées et le ticket introuvable). Ayant accepté notre demande, nous restons une journée supplémentaire à Nottingham, plantant la tente sous un pont à la sortie de la ville, non sans être passé auparavant au superbe pub Greene King afin d’y récupérer les vélos et de boire une bière pour remercier la gentillesse des patrons.

Le lendemain, ayant retenu la leçon de la veille, nous commençons dès le matin par la visite des caves. Accompagnés d’une guide costumée pour la circonstance en style médiéval, nous descendons dans les tunnels et caves creusés à même la roche sédimentaire, pour une visite explicative de l’histoire du château (tout en anglais !) de près d’une heure. Nous apprenons alors que le château moyenâgeux, construit au XIème siècle, a été totalement détruit, et seul le bâtiment de style italien construit ensuite par …, amoureux de l’architecture de Rome, subsiste aujourd’hui, expliquant notre incompréhension sur le style architecturale du domaine visité la veille.  Nous ne regrettons pas notre décision d’être resté à Nottingham pour observer ce dédale de pièces et d’escaliers souterrains, avec parfois de petites niches ayant servi à l’époque à abriter les pigeons voyageurs, dans une humidité propre aux lieux troglodytiques. Nous continuons notre journée par un tour du centre-ville, où nous tombons sur une grande place bordée d’un parlement, peu dépaysés par l’armée de CRS qui nous entoure, ceux-ci encadrant une manifestation Pro-Brexit pour le référendum du 23 juin prochain. En déambulant ensuite parmi les immeubles, nous croisons une association similaire à notre LPO, qui nous fait observer à la jumelle des bébés faucons pèlerins installés au sommet d’un des bâtiments de l’université. Nous passons également voir la Victoria’s clock, puis nous quittons Nottingham par le nord, dans l’idée de rejoindre Manchester et Liverpool.


En arrivant à Nottingham, nous pensions pouvoir visiter un immense château médiéval, bercé par l’histoire de Robin des Bois. De ce point de vue, nous avons été fort surpris de nous trouver face à un bâtiment bien plus récent et surtout de pur style italien. Nous avons découvert par contre l’aspect troglodytique de la ville et nous avons apprécié la visite d’une partie de ses caves et tunnels. C’est souvent par quelques péripéties et un mauvais temps, que les pires journées à leur début finissent en souvenirs incroyables remplis de surprises, de bonnes adresses et de belles rencontres.

Scroll Up