Menu de navigation
Manchester : Ville d’hier

Manchester : Ville d’hier

  • Auteur: Gaël et Ronan
  • Date: 13 Juin, 2016
  • Categorie:

Pour rejoindre Manchester, nous traversons une campagne faite de prairies pentues bordés de petits murets construits grâce aux pierres récupérées dans les champs. Cette pente, au dénivelé si important qu’elle rend impossible tout travail de labour, est la raison pour laquelle nous croisons beaucoup d’élevage de moutons. C’est d’ailleurs au milieu de ces derniers que nous passerons la nuit précédant notre arrivée en ville.


Après un début de journée pluvieux, nous arrivons en début de soirée à Manchester, après avoir traversé son immense banlieue de pavillon individuelle et d’immense bâtiment de brique désaffecté. Notre auberge de jeunesse est assez vétuste mais terriblement bien située. Pas de parking pour les vélos, nous les posons derrières les baraquements du chantier voisin. C’est un détail important pour la suite. Nous prenons rapidement nos quartiers et décidons d’aller manger au Chinatown local. Il s’agit du deuxième plus grand d’Angleterre. Nous croisons bien la porte caractéristique mais sa réputation de quartier s’éveillant la nuit n’est pas au rendez-vous. Peut-être parce qu’on est lundi soir. Les seuls commerces ouverts sont des bars à la compagnie tarifée. Nous nous rabattons sur un Kebab encore ouvert à cette heure tardive et rentrons à l’auberge où nos camarades de chambre ont changé de place nos affaires. Manchester s’annonce vraiment super…

Chinatown de nuit, Manchester

Chinatown de nuit, Manchester

 

Le lendemain, nous cherchons en vain un Lavomatic puisque le service de blanchisserie de l’auberge ne peut nous assurer de nous les rendre dans la journée. On finira par payer le pressing en voyant arriver le début d’après-midi après cette matinée si passionnante et sentant la moutarde monter à se faire klaxonner lorsque l’on traverse sur les passages piétons. Nous retournons à nos vélos et nous faisons interpeller par le responsable du chantier qui nous explique qu’ils gênent et nous annonce qu’il va faire construire un mur pour qu’on ne réitère pas l’opération.

N’ayant pas de temps à perdre avec la bêtise de ces premiers Mancuniens rencontrés, nous enfourchons les vélos et nous rendons à Piccadily Garden pour pique-niquer sur cette place centrale de la ville. Elle est certes noire de monde mais d’un aménagement assez minimaliste. D’un point de vue fonctionnel, elle est par contre plutôt réussie quand on y observe le nombre de flux qui la traverse entre piétons, tram et bus. L’office de tourisme étant sur la place, nous en profitons pour prendre quelques conseils de visite. Suite à l’entretien, nous apprenons que l’entrée à l’ensemble des musées est gratuite. Tant mieux : il pleut. Nous nous rendons donc à la Manchester Art Gallery. L’art est un domaine que nous ne connaissons ni l’un ni l’autre, c’est ça aussi le dépaysement. Nous avons été fort surpris par la cohabitation entre l’exposition de robe de haute couture, l’art japonais du dernier étage et les marines flamandes. Nous avons également passé beaucoup de temps à admirer la qualité de la représentation de certaines dentelles de notable dont nous nous sommes empressés d’oublier le nom. Si le détail de notre sortie au musée vous intéresse, rendez vous à la rubrique « lieu visité ». (on fait au plus vite pour compléter cette rubrique !)

En sortant, la météo semblant bien vouloir être avec nous, nous allons flâner du coté de la mairie et de la bibliothèque, deux bâtiments incroyables de par la qualité de leur architecture. La coupole de cette dernière est gigantesque et crée une atmosphère d’étude correspondant à l’image que l’on se fait du monde universitaire britannique, avec ces livres en cuir et ces grandes tables à l’éclairage rasant des lampes de bureau. La mairie quant à elle est d’une richesse de sculptures autant extérieure qu’intérieure. Même si sa visite est impossible, pousser la porte donne quand même une bonne impression de l’ambiance globale qui peut y résider.

Nous passons devant le Royal Exchange Theatre et avons été surpris par le fait de pouvoir passer dessous à travers une galerie commerçante. Nous nous rendons également à la bibliothèque John Ryland, qui est une ancienne église modernisée, à l’école de musique et au musée national du football. Nous ne pouvons en visiter aucun car dès 17h tout est fermé en Angleterre. Nous entrons donc dans les seuls bâtiments encore ouverts, à savoir l’église Sainte-Anne et la cathédrale de Manchester où un chœur en pleine répétition nous offre un spectacle inopiné et fort agréable. Nous rentrons à l’auberge en passant par le vieux Manchester, composé des dernières maisons en pan de bois. Le quartier est assez prisé quand on y voit le nombre de gens, la pinte à la main, assis en terrasse.

De retour à l’auberge, après quelques courses (ce soir c’est repas de fête puisqu’on dispose d’une cuisine), on remarque avec surprise que la menace a été exécutée, le chantier a effectivement été muré !

 

 

Dernier Jour à Manchester, direction les deux musées qui pour nous symbolisent le mieux la ville, à savoir celui du foot et celui des sciences et de l’industrie. Le musée du foot est conçu pour les passionnés de ce sport mais tout le monde peut y trouver sa place. Il est toujours amusant d’apprendre que les japonais possédaient un sport similaire, vieux de 2500 ans, de voir le maillot avec lequel l’Angleterre a participé à son premier match international ou encore de savoir associer les logos des grands clubs avec les pays correspondants. On peut également passer un temps important à jouer avec d’anciens jeux de bar, être choqué par les armes des célèbres hooligans, se prendre en photo avec la FA Cup et se rappeler notre enfance en admirant les produits dérivés qui ont occupé une bonne partie de nos récréations (Carte panini, Subbutéo, le 1er Pro Soccer sur Sega). Nous cassons la croute à l’ombre des bouleaux de l’esplanade du musée où son architecture ne peut vous laisser sans avis. L’aménagement de cet espace public est assez agréable avec ce jeu de relief qui en fait un spot privilégié pour les skateurs. Nous nous dirigeons ensuite vers notre deuxième musée, celui des sciences et de l’industrie.

Là bas, nous apprenons que Manchester a été à la pointe de nombreuses technologies, principalement dans les transports, l’informatique et la mécanisation. Elle a en effet été  le berceau du développement du textile grâce à la mécanisation des métiers à tisser. Elle est à l’origine de l’invention du train et le musée est basé sur la 1ère et plus vieille gare du monde. Mais Manchester est également aujourd’hui pionnière en bio-chimie et après avoir gagné le concours dans l’invention du 1er ordinateur moderne, tente actuellement de mettre au point un ordinateur bio-cellulaire.


Nous quittons la ville en passant par Old Trafford, nous ne pouvions prétendre avoir été à Manchester sans passer voir ce stade mythique. Devant cette architecture aussi brute, à l’image de la ville, et au vu du nombre de musée à visiter (symbole d’une admiration pour son riche passé) nous garderons de Manchester l’image d’une ville qui a été hier fort puissante mais qui aujourd’hui peine à prendre un nouveau virage. Pourtant quand on traverse ces rues, certes oppressés par la hauteur de ces bâtiments industriels de brique et par leur désaffectation, on se dit qu’il ne manque pas grand-chose pour relancer une dynamique avec ce potentiel déjà existant.

Scroll Up