Menu de navigation
La Loire à Vélo : l’Anjou

La Loire à Vélo :
l’Anjou

  • Auteur: Gaël et Ronan
  • Date: 10 Déc, 2016
  • Categorie:

Après cette escapade à Toulouse, certes à but scientifique mais également touristique et festif (ça fait toujours plaisir de revoir les copains !), nous voilà de retour à Nantes, où les vélos nous attendent dans un super parking sécurisé conçu pour les usagers en deux roues. Cette initiative de la ville, participant à sa réputation de capitale verte européenne, ne nous a coûté que 4 jours x 80 cts x 2 vélos, soit 6,40€. Qu’attendent les autres collectivités pour démocratiser cette infrastructure ?? Nous avons également profité de ce séjour dans le sud pour modifier (une nouvelle fois !) notre itinéraire : la visite des pays nordiques faisant partie pour tous les deux de nos priorités, nous décidons donc d’abandonner la péninsule ibérique au profit de la Scandinavie pour l’été 2017.

La route est facile à suivre: il s’agit du tracé de la Loire à Vélo, portion de l’Eurovélo 6 reliant la France à la Roumanie. Nous longeons les cultures de mâche sous un brouillard conséquent, et après une première nuit près d’Ancenis, nous rejoignons Béhuard, petite cité de caractère située sur une île inondable de la Loire. Le village a été rendu célèbre par Louis XI, qui s’y est rendu à de nombreuses reprises et y a fait construire l’église perchée sur son rocher, après avoir échappé à la noyade. Celle-ci est toujours un lieu important  de pèlerinage à la Vierge, et on visite Béhuard également pour son calvaire construit après la Première Guerre Mondiale comme monument du souvenir.

Après une nuit tout aussi fraîche que la précédente, nous continuons de longer la Loire, dépassons la Pierre Bécherelle, rocher servant autrefois de repère pour les mariniers, avant de rejoindre Angers. L’arrivée se fait par le lac de Maine et par d’anciennes prairies inondables transformées en un parc, le parc Balzac, reconnaissable par ses dunes végétales permettant de profiter de cet espace par temps sec comme en période d’inondations. Ville où Ronan a suivi ces études, il était donc impossible pour lui de ne pas croiser quelques connaissances. Chose faite dès notre stationnement des vélos où il aperçoit Anthony. Ce dernier leur propose de manger ensemble et de dormir chez eux le soir. L’affaire entendue, nous continuons la visite d’Angers à pied : son jardin des Plantes, le palais de Justice, la maison d’Adam, le palais épiscopal du Tau, l’inévitable Place du Ralliement occupée par le marché de Noël, le bâtiment du musée Pincé, et bien sûr son imposante cathédrale, dont le cœur était malheureusement en travaux.

Le lendemain, les portes du château s’ouvrent au moment même où nous arrivons, c’est à 10h (pas aux aurores non plus). Nous y passerons 3 heures, découvrant le logis royal, la tour du Moulin, les cours et jardins à la française, et bien sûr l’incroyable tapisserie de l’Apocalypse.

Nous quittons Angers vers 15h30, avec pour objectif Saumur où nous sommes invités par Will et Manette, amis de Ronan. Ce seront donc plus de 60 kilomètres que nous avalerons dans l’après-midi, dont là encore une bonne partie de nuit !

Après une nuit et une douche chaude ainsi que la digestion d’une fondue savoyarde savamment préparée, nous déambulons dans Saumur, passons voir le château (malheureusement fermé en hiver), et découvrons les nombreux bâtiments en tuffeau, pierre calcaire typique des bords de Loire. Nous nous éloignons du centre-ville pour visiter le dolmen de Bagneux, un des plus grands dolmens de France, dont la chambre parfaitement close mesure près de 17 mètres de long. Le plus surprenant reste que cet imposant monument mégalithique est privé et situé en plein quartier résidentiel !

Après une nouvelle nuit au chaud, nous décidons de visiter un des nombreux châteaux de la Loire, le château de Brézé, situé à une dizaine de kilomètres de Saumur. Nous y resterons de nouveau près de trois heures, dont une bonne partie du temps à découvrir le dédale de couloirs et pièces souterrains creusés dans le tuffeau sous le château en surface. Ce château mérite bien sa réputation de « château sous un château ». Pour le château de Brézé voir lien.

Nous rentrons à Saumur en passant par la cave coopérative de Robert et Marcel, le vin étant bien sûr une des spécialités de la région. Pas de visite possible à cette période, nous nous contenterons d’une dégustation et de l’achat d’un cadeau pour nos hôtes avant de profiter une fois encore de leur hospitalité, autour d’une partie de Risk Seigneur des Anneaux.

La remontée de la Loire à Vélo est très agréable, autant pour les paysages que pour la qualité de l’aménagement cyclable. A cette période, l’humidité est par contre très importante, et nous avons subi plusieurs jours de brouillard relativement dense durant lesquels nous avons été confrontés à des soucis de condensation dans la tente. Ne pas assez ouvrir les ventilations semble être l’erreur que nous avons commise. Nous avons heureusement pu dormir régulièrement au chaud et au sec, profitant ainsi pleinement des différentes visites, notamment des châteaux d’Angers et de Brézé.

Scroll Up