Menu de navigation
La Suède : le retour

La Suède :
le retour

  • Auteur: Gaël et Ronan
  • Date: 25 Mai, 2017
  • Categorie:

Après cette traversée mouvementée d’est en ouest du pays des fjord, nous sommes de nouveau en Suède, cette fois dans la région des sapins et des lacs. Dès le passage de la frontière, nous pénétrons dans les forêts du Varmland où son unique et interminable route nous mène tout droit en Dalécarlie.

Bien que fort nombreuses, les étendues d’eau sont régulièrement masquées par la densité de la végétation. C’est en prenant de la hauteur, grâce à l’ascension de la Gesundaberget que nous prenons la mesure de l’immensité de la surface qu’elles occupent sur ce territoire qui d’en bas paraissait si forestier. De l’eau, du bois, et nous l’apprendrons plus tard du minerais, ces 3 ressources ont fait de la Dalécarlie une puissante région de forgerons. Les traces de cette activité passée croiseront notre route à plusieurs reprises, à commencer par le haut fourneau des forges de Siljan.

La nuit passée sur l’ïle Soleron et les gourdes remplis dans sa mignonne église, nous arrivons en fin d’après-midi à Mora, ville natale de l’artiste Anders Zorn. Sa maison est devenue un musée où l’on peut découvrir sa sculpture la plus célèbre dans le jardin attenant : la baigneuse. Cette charmante demoiselle peut également être observée dans le Gammel Gard, ensemble de fermes typiques de la région, que Zorn a acquises et regroupées pour en faire un musée de plein air. 

Ayant oublié la date de l’ascension, nous arpentons plus qu’escompté le centre-ville à la recherche d’une épicerie ouverte, nous faisant ainsi passé à plusieurs reprise devant l’église, son clocher en restauration et la tour de bois annexe abritant ces cloches.

Le lendemain, nous entamons notre tour du cratère après avoir saluer le célèbre cheval peint, emblème de la Dalécarlie. A l’origine, c’est un jouet de bois offert aux enfants aux retour de leurs pères partis longtemps en forêts. La couleur rouge, si typique aujourd’hui des maisons dans le paysage suédois, est arrivée plus tard quand on a découvert les propriétés protectrices de l’ocre de Falun sur le bois.

Sur la route pour Rättvik, nous faisons une halte aux forges de Furudal, à notre second Gammel Gard en la ville de Norrboda, à la cascade de la réserve naturelle Styggforsen et à l’amphithéâtre de plein air Dalhalla. De ces 4 visites, nous avons vraiment apprécié l’accès à la cascade et aux strates géologiques permettant de comprendre le basculement de terrain suite à l’impact de la météorite. Le Gammel Gard mérite également le détour car cette fois il n’est pas une collection d’anciens bâtiments juxtaposés d’origines différentes mais bien l’intégralité de deux authentiques fermes.

Malgré un site agréable, les kilomètres parcourus pour se rendre aux forges sont trop nombreux face à l’absence possible de visite et d’explications. Il en est de même pour l’amphithéâtre qui plus est entouré de palissades délibérément opaques et hautes de deux mètres, nous obligeant ainsi à nous contenter de quelques photos prises par dessus. Le concert de Sting se fera sans nous !!!

Retour sur les rives du lac Siljan, à Rättvik, avec la plus grande jetée d’Europe (sur un lac…entendons nous). Cette construction en bois, longue de 628 mètres, débouchent sur une étonnante esplanade plantée d’arbres offrant une vue sur l’église blanche de la ville. De là, nous ne pouvons apercevoir les 87 écuries paroissiales qui font la renommée de la ville mais que nous traverserons plus tard en nous rendant au Gammel Gard (Déja 3).

Petites curiosités supplémentaire de Rättvik nous ayant beaucoup plu : les musiciens de la fontaine de sa place centrale et l’exposition de la maison de la culture détaillant la formation du cratère et l’évolution du site.

Notre boucle s’achève par le passage à Talberg, vendue par l’office du tourisme comme une ville d’artiste et d’artisans. Notre avis rejoint plutôt celui d’un habitant croisé plus tôt dans une jolie crique qui trouve sans intérêt l’accumulation d’hôtels, de spas et de golfs. Nous filons donc dès lendemain à Leksand, sous la pluie et en pleine course cyclique autour du lac. Cette ville évoquait pour nous les Knäcke Bröd, que nous mangeons depuis notre arrivée en Suède, nous y avons désormais ajouté son équipe

de hockey, son église et son cimetière au bord de l’eau, son amphithéâtre naturel Sammilsdal (plus simplement un trou formé après le dernier âge glacier), son petit jardin japonais et bien sûr notre quatrième Gammelgard !

Une semaine complète, 150 kilomètres, et un retour presque au point de départ, sur le plan géographique l’avancée est faible. Pour autant, sur le plan culturel, cette boucle autour du cratère Siljan nous a permis de découvrir une partie de la Dalécarlie, région suèdoise à forte identité, à travers quelques villes que sont Mora, Rattvik et Leksand, les nombreux Gammelgard, les forges, et bien sûr les chevaux en bois à chaque fenêtre des maisons peintes en rouge.

Scroll Up