Menu de navigation
Glasgow : dernière étape écossaise !

Glasgow : dernière étape écossaise !

  • Auteur: Gaël et Ronan
  • Date: 5 Juil, 2016
  • Categorie:

Après cette semaine pluvieuse, nous nous dirigeons vers Glasgow, ville écossaise la plus peuplée, célèbre pour ses Burns Night. L’architecture des bâtiments, la proximité ville-campagne et l’arrivée le long de la rivière Clyde nous amène rapidement à faire le parallèle avec Rennes.


Premier objectif : trouver une auberge de jeunesse, pour y faire sécher nos vêtements et prendre une douche chaude (qui finalement sera froide). Après trois crevaisons dans les derniers kilomètres, nous trouvons notre bonheur aux abords de la rivière, à deux pas du centre ville. Un peu de cuisine et beaucoup de discussions voyage et politique avec nos compagnons de chambre belges et québécois concluent cette journée.

Le lendemain, nous profitons de la recherche d’un magasin de cycle pour déambuler dans la ville. Nous traversons la rue principale, contournons le beffroi faisant office de rond-point, passons devant le Royal Concert Hall, puis quittons l’hyper-centre en prenant la passerelle enjambant la Motorway 8, équivalent de notre rocade rennaise. Nous coupons au travers du Kelvingrove Park pour rejoindre l’Université de Glasgow. Les bâtiments y sont splendides, et contrairement à ceux de Cambridge, nous pouvons y pénétrer et admirer les cours intérieures. Nous en profitons pour visiter l’exposition sur le mur d’Antoine, le musée d’histoire naturelle et la collection particulière du Dr William Hunter.

Déjà 17h, nous envisageons de déjeuner ! Pour fêter la fin de notre périple écossais, nous ne pouvions rêver mieux que la dégustation en terrasse d’un Haggis parfaitement assaisonné (mélange d’abats et de céréales bouillis dans une panse de brebis) à l’Ubiquitous Chips, situé dans l’agréable et piétonne Ashton Lane.

Sur le retour, nous longeons la rivière Clyde pour nous approcher du SECC, bâtiment ressemblant à s’y méprendre à l’opéra de Sydney. Les bâtiments modernes y côtoient de plus anciens, la réappropriation de ces quais et leur fréquentation traduisant bien la politique dynamique de Glasgow, illustrée par leur slogan : « People make Glasgow ».

Nous retrouvons nos vélos et concluons cette belle journée ensoleillée par la visite de la Cathédrale puis l’ascension de sa nécropole, par chance encore ouverte à cette heure tardive. De son sommet, nous pouvons apprécier une vue panoramique sur la ville sous l’éclairage d’un chatoyant coucher de soleil.

En repartant, nouvelle crevaison, qui aura comme heureuse conséquence la rencontre de Claire, française en étude à Glasgow, qui nous offrira, en plus de l’hébergement, une soirée inoubliable.


Glasgow, à l’instar de Rennes, est une ville très minérale. Il n’y a pas de vieux centre-ville et de petites rues sinueuses à proprement parlé, mais ses rues pentues (jusqu’à 20%) et perpendiculaires forment un réseau à travers un tissu urbain hétérogène composé d’un mélange de bâtiments d’époques diverses. Malgré la brièveté de notre passage, nous avons ressenti immédiatement la volonté politique de créer une ville dynamique, justifiant sa place de première ville écossaise en termes de population.

Scroll Up