Menu de navigation
Germanie, nous voici !

Germanie,
nous voici !

  • Auteur: Gaël et Ronan
  • Date: 13 Mar, 2017
  • Categorie:

L’entrée au pays des Teutons se fait incognito, aucun panneau ne nous indiquant le passage de frontière. Cela ne nous empêche pas de nous diriger vers Oldenbourg, sur les conseils de notre dernier hôte. Une nuit imprévue dans le BaseCamp de Marc, voyageur en kayak, retardera quelque peu notre visite de la ville, la grasse matinée étant de mise.

Sur les conseils de Marc cette fois, nous rejoignons le KustenKanal qui nous mène directement à notre objectif. Une après-midi à pied suffira à découvrir le centre-ville, dont le château constitue l’intérêt principal. Malheureusement, les seules explications à l’intérieur sont en allemand, accélérant la traversée de pièces pour la plupart nommées par leur couleur et qui abritent des objets et tableaux historiques liés à la ville.

C’est donc un peu frustrés que nous poursuivons par ses quais, son église, sa tour et la maison d’un ancien Graf, équivalent germanique de nos comtes. Un rapide tour du jardin du château à la nuit tombante clôturera cette journée.

Sur les conseils de Marc cette fois, nous rejoignons le KustenKanal qui nous mène directement à notre objectif. Une après-midi à pied suffira à découvrir le centre-ville, dont le château constitue l’intérêt principal. Malheureusement, les seules explications à l’intérieur sont en allemand, accélérant la traversée de pièces pour la plupart nommées par leur couleur et qui abritent des objets et tableaux historiques liés à la ville. C’est donc un peu frustrés que nous poursuivons par ses quais, son église, sa tour et la maison d’un ancien Graf, équivalent germanique de nos comtes. Un rapide tour du jardin du château à la nuit tombante clôturera cette journée.

Notre première journée dans la ville-land se concentre autour de sa MarktPlatz, qui à elle seule justifie la visite. Son Hôtel de Ville, sa Bourse et sa Cathédrale rivalise de beauté, chacun dans son style et sa fonction. La statue de Roland en son centre, symbole de l’indépendance du peuple, arbitre cette course à la domination que se sont livrés ces lieux de pouvoir politique, commercial et religieux transparaissant dans leurs surenchères architecturales respectives.

Après en avoir pris pleins les yeux, il ne nous reste que le temps de déambuler dans la Boterstrasse. L’ambiance qui règne dans cette rue est le résultat de la transformation expressioniste opérée par Ludwig Roselius au Xxème siècle. Il faut une observation minutieuse pour dénicher les trésors que cette minuscule rue abrite. Parmi les nombreux artisans se trouvent le musée Paula Becker, le carillon en porcelaine de Saxe, l’histoire de Robinson Crusoë ou encore la fontaine des sept fainéants.

Il est déjà tard, nous changeons d’atmosphère et traversons rapidement le Schnoor, ancien village de pêcheurs aux rues sinueuses et étroites puis le quartier alternatif où habitent nos hôtes Dirk et Helmut. Nous sommes reçus comme des rois et passons une excellente soirée en leur compagnie autour d’un plat de pâtes et brocolis à la sauce à l’orange.

Le lendemain, notre périmètre de promenade s’élargit quelque peu. Le passage au stade du Werder, puis La Alte Neuestadt, littéralement « ancienne nouvelle ville », occupent notre matinée. Ce nom paradoxal vient en opposition à la rénovation urbaine qui s’opère le long du Weser. Un déjeuner composé de Leberkase et Bratwurst s’impose, avant d’aller toucher les pattes de l’âne des célèbres musiciens pour nous porter bonheur.

Nous finissons notre après-midi ensoleillé par le Burger Park, énorme espace vert en plein coeur de la ville, la faculté, puis un Apfelstrudel pour le goûter dans le Schnoor, que nous arpentons plus profondément que la veille. Cette journée culinaire allemande ne pouvait se terminer autrement que par la dégustation de Knippe en compagnie de nos hôtes, dans leur cantine locale.

Ainsi, nous voilà de retour sur les routes, cette fois à la « mauvaise » saison. Les journées sont plus courtes, nous avançons moins vite, mais nous profitons tout de même des visites de la Roche-Bernard et de Nantes. Les quelques jours à venir nous amèneront à Toulouse (en voiture) pour assister à la présentation de la thèse en astrophysique de Damien, un ami commun, avant de reprendre la route à vélo depuis Nantes.

Scroll Up