Menu de navigation
Belfast, ville du Titanic

Belfast, ville du Titanic

  • Auteur: Gaël et Ronan
  • Date: 9 Juil, 2016
  • Categorie:

Quitter Glasgow marque déjà un peu la fin de l’Ecosse et le retour du soleil. Nous nous dirigeons vers Cairnryan, port le plus près pour se rendre à Belfast. Deux jours de pistes cyclables, longeant une côte fort prisée au vue de ses aménagements et de ses nombreux golfs, seront nécessaires pour rejoindre le ferry. Après plus de 2h de traversée, nous débarquons dans la capitale d’Irlande du Nord en début de soirée. En errant dans la zone portuaire adjacente, nous apercevons un passage à travers les buissons masquant une digue parfaite pour y poser la tente. Nous ne sommes qu’à quelques kilomètres du centre-ville, l’endroit nous plaît tellement que nous y resterons trois nuits.


Le premier jour, nous le passons principalement à attendre une éclaircie pour pouvoir sortir de la tente ! Le ciel se dégageant en milieu d’après-midi, nous suivons les quais depuis les docks jusqu’au centre-ville, passons dans un quartier résidentiel aux maisons imposantes et aux allées bordées de vieux arbres, puis rejoignons le jardin botanique où nous déambulons à travers sa roseraie, sa rocaille et sa jolie serre tropicale. En retournant au camp, nous passons devant l’Université, dont l’intérieur est moins impressionnant que ne le laissait penser la façade de ce bâtiment en briques rouge avec ces vitraux aux fenêtres qui nous avait fait nous arrêter. Nous continuons vers le Theological College, le City Hall (la mairie) et la Cathédrale, et cherchons à organiser la visite du lendemain, ne pensant pas avoir vu l’ensemble du centre-ville.

Deuxième jour, même difficulté, même matinée pluvieuse et même départ tardif ! Malgré cela, nous pique-niquons devant un autre bâtiment universitaire, très quelconque cette fois, et passons la porte de la St Anne’s Cathedral, dont la visite est brève car payante. En arrivant devant le City Hall, nous découvrons qu’une visite guidée de plus de 30 minutes est possible, nous en profitons autant pour découvrir l’intérieur grandiose du bâtiment que pour avoir les explications sur l’histoire récente de la ville, nous facilitant par la suite la lecture des paysages urbains de Belfast. Nous suivons ensuite le plan nous indiquant les bâtiments à ne pas manquer dans la capitale.  Aucun lieu en particulier ne nous interpelle, nous garderons plutôt en mémoire les proportions urbanistiques peu habituelles ; aux rues oppressantes de par leurs bâtiments trop hauts alliant matériaux modernes comme l’acier ou le verre avec l’ancienneté de la brique, se succèdent des esplanades et des espaces publics trop grands au vu du nombre d’habitants à les pratiquer aujourd’hui. Echappant de peu à une très grosse averse (qui amènera même un anglais à se plaindre du temps !), nous regardons l’heure : 19h, c’est Guiness Time ! Une première bière irlandaise en faisant un peu de logistique et nous suivons la finale de l’Euro, au milieu d’une horde de supporters portugais…

Une dernière nuit dans notre nouveau chez nous, et nous allons au Titanic Belfast, musée dédié à la construction du Titanic que l’on nous a conseillé autant pour l’architecture du bâtiment en lui-même que pour le contenu de la visite. Chaque étage décrit Belfast avec pour fil rouge l’histoire du Titanic. On commence avec la révolution industrielle au XXème siècle, et ses nombreuses conséquences sur le travail et l’organisation de la société. On découvre ensuite les chantiers navals en eux-mêmes, la construction du paquebot, son intérieur de la machinerie aux cabines de différentes classes, en passant par les cuisines et les pièces à vivre. On continue avec l’accident, les témoignages des rescapés, la liste des victimes et le procès de la catastrophe, avant de conclure par une brève histoire de l’exploration sous-marine et du mythe autour de ce célèbre naufrage, notamment les nombreux films réalisés.


De Belfast, nous n’avions que l’image de l’IRA et de la guerre de religion entre catholiques et protestants enseignée à l’école. De prime abord, la ville peut paraître peu intéressante, nous avons-nous-même failli la quitter au bout d’une demi-journée, les guides ne proposant comme visites que le City Hall et le Jardin Botanique. Nous l’avons finalement quittée deux jours après, satisfaits d’avoir pris le temps de pousser notre curiosité jusqu’à parcourir la ville à la recherche de bâtiments caractéristiques, visiter l’intérieur du City Hall et s’offrir l’entrée au Titanic Belfast. Ces derniers sont un parfait résumé de la ville, balancée entre le souvenir de la construction du Titanic à son époque de boom économique dont nous n’avions pas connaissance, et la jeunesse d’une histoire qu’elle construit tout juste.

Scroll Up