Menu de navigation
Dublin, ville des Vikings et de la Guinness

Dublin, ville des Vikings et de la Guinness

  • Auteur: Gaël et Ronan
  • Date: 3 Août, 2016
  • Categorie:

 

Retour à Longford, après une semaine chargée à travers l’Irlande du Sud. Les copains reprennent la route vers Rosslare, tandis que nous nous dirigeons vers Dublin, pour embarquer sur nos ferrys respectifs. C’est l’occasion pour nous de longer une partie du Royal Canal, au bord duquel nous découvrons un ancien bain de style roman.


Peu avant la capitale, nous faisons halte à Maynooth, où nous y découvrons un patrimoine local qui mérite la visite. Son château en ruine est ouvert aux curieux, et il est amusant de pouvoir monter dans le donjon, après avoir lu quelques explications sur son histoire et notamment la particularité d’y avoir un puits en son sein. Ceci permet de diminuer l’empoisonnement de l’eau par l’ennemi lors d’un siège. A quelques pas, on peut faire le tour des différents bâtiments constituant le St Patrick’s College, dont la grandeur et l’architecture surprennent.

Après une nouvelle bière locale en chemin, nous arrivons à Dublin en fin de matinée et posons nos quartiers après avoir difficilement trouvé une place dans une auberge de jeunesse. Comme à notre habitude, la découverte de la ville ne commencera qu’en fin d’après-midi, après s’être remis d’aplomb avec une douche, une lessive et un repas chaud !

Nous déambulons sur les quais de la rivière Liffey, artère principale de la ville, où nous admirons les nombreux ponts qui la traversent. Sur ses rives, l’architecture y est très diverse, les constructions récentes cohabitant harmonieusement avec le patrimoine historique. Au cours de cette promenade nocturne, nous y croiserons ainsi les vieux remparts, la Custom House, la Spire, le quartier branché de Temple Bar, un tag urbain rappelant le centenaire de la révolution dublinoise, une maison abandonnée envahie par le lila, une église au clocher de verre ou encore une devanture d’antiquités savamment mise en valeur.

Qui dit Irlande dit bâtiments religieux, et Dublin n’est pas en reste. N’ayant pu choisir entre la fameuse Cathédrale St Patrick et la Christ Church dont l’arche enjambant la rue lui confère une silhouette étonnante, nous visitons les deux. La première restera dans notre esprit pour la beauté de son sol, ses drapeaux militaires très anciens fichés dans le mur et la richesse de son office. La seconde a la chance de posséder un très bon guide, qui vous mènera des toits à la crypte, sonner les cloches et admirer le chat et le rat retrouvés momifiés dans un des tuyaux de l’orgue.

Nous vous avions parlé des remparts, ces derniers abritent un château, dont seul la tour date encore de l’époque Vikings. Il est, à l’image de la ville, une cohabitation de styles architecturaux, entre son église gothique, sa tour médiévale, sa cour de la renaissance et les couleurs osées d’une de ses façades. Le jardin du château, séparé par une rue, est relié à ce dernier grâce à un pont piétonnier. Il donne accès à la Coach House, devenue une galerie d’art. Nous n’avons pas pris le temps de visiter son intérieur, n’étant pas sûr que ça en vaille la peine.

Nous avons réussi à échapper au bruit d’une capitale de la taille de Dublin en nous réfugiant au Trinity College, au St Stephen’s Gardens et au Phoenix Park. Les trois sont très différents. Le Trinity College est composé de superbes bâtiments universitaires entourant une cour intérieure dont les grandes pelouses permettent de les admirer en s’y reposant. Le St Stephen’s Gardens, quant à lui, est un jardin clos très aménagé, avec son jardin victorien, ses bassins, ses kiosques, ses ponts, ses fontaines, ses statues,… Pour finir, le Phoenix Park est un espace ouvert dont l’obélisque marque son identité. Les routes qui le traversent découpent sa superficie en autant de parties que d’usages recherchés. On y trouve un zoo, un kiosque, un jardin à contempler ainsi que d’immenses pelouses permettant le jogging, la récréation et les promenades canines.

Bien évidemment, nous ne pouvions pas quitter Dublin sans faire le détour par sa célèbre brasserie Guinness. Elle est un quartier à part entière de la ville, elle a même dû être sorte de « familistère » à une époque, quand on y voit les différentes fonctions des bâtiments au sein même de l’usine. Ayant déjà visité la brasserie Smithwicks à Kilkenny, nous nous sommes contentés d’un rapide tour extérieur, même si boire une Guinness au sommet de la Guinness House avec une vue panoramique sur Dublin doit être incroyable. Non loin, une curiosité dublinoise réside dans la visite de son ancienne prison, Kilmainham Gaol. Malheureusement, la demande est telle qu’il faut réserver plusieurs jours à l’avance.

Dublin marquant la fin de l’Irlande du Sud, nous nous offrons comme à chaque fin de pays une spécialité locale. Pour Gaël, ce sera un Beef’n Guiness, tandis que Ronan se délectera d’un Irish Stew, le repas se concluant autour d’un crumble au pommes accompagné d’un Irish coffee. Il ne nous reste plus qu’à camper dans le Phoenix Park avant de rejoindre le port pour prendre le ferry vers le Pays de Galles.


Nous profitons de la conclusion de notre périple irlandais pour remercier nos copains d’avoir partagé une grande partie de notre découverte de l’Irlande du Sud, dont la bonne humeur a permis de mieux supporter une météo peu clémente. L’Irlande du Sud restera pour nous des paysages verdoyants ne pouvant exister que grâce à cette pluie avec laquelle il faut savoir s’accommoder. C’est peut-être ce climat humide qui rend ses habitants aussi chaleureux.

 

Scroll Up