Menu de navigation
C’est écrit sur le panneau!



C’est écrit sur le panneau!

  • Auteur: Gaël et Ronan
  • Date: 7 Juin, 2016
  • Categorie:

AAprès Londres, direction Cambridge ! A peine 100 kilomètres de vastes plaines agricoles séparent les deux villes. Les champs y sont bordés de haies, à l’instar de notre bocage breton.


Nous arrivons à Cambridge le long d’un canal, dont nous nous rendons rapidement compte qu’il est l’un des lieux touristiques de la ville, de nombreux rabatteurs poussant à la location de chalands. Nous retournerons y pique-niquer à proximité, admirant la dextérité des guides dans la conduite à la perche de ces bateaux, contrastant avec les étudiants amateurs. Ce pique-nique fut également l’occasion d’observer un embouteillage de chalands entre deux canaux dont la jonction nécessite de sortir le bateau hors de l’eau. Lors de notre promenade dans ce parc, nous avons pu croiser de nombreux animaux en liberté, et à notre surprise des vaches, actrice principale d’une tendance partagée en France, l’éco-pâturage .

Le reste de la ville mérite également le détour, de par ses nombreux bâtiments dont l’architecture classe Cambridge parmi les villes les plus jolies d’Angleterre. L’ensemble du centre-ville n’est qu’émerveillement pour le regard, tant la moindre rue a su conserver son authenticité. Il est tout de même dommage qu’en tant que ville universitaire, il ne soit que rarement possible d’approfondir sa visite en dehors de l’observation de la façade tournée sur l’extérieur. L’une des solutions est d’escalader l’étroit escalier du clocher de la St Marys Church afin d’apprécier une vue en hauteur du marché de la place centrale ainsi que de l’ensemble des bâtiments et de leurs cours intérieures. Nous avons été admiratifs de la qualité de la tonte des pelouses, formant des motifs au sol.


Nous pensions avant d’arriver à Cambridge qu’il y aurait un circuit touristique des célèbres bâtiments universitaires. La beauté de cette ville réside dans la volonté surement politique de conserver une cohérence architecturale à l’ensemble de la ville, donnant à la moindre rue un cachet méritant d’y passer. C’est au cours de notre déambulation dans ces rues, révélant la multitude de bâtiments caractéristiques et non quelques endroits emblématiques, que nous avons pu apprécier le charme de Cambridge.

Scroll Up