Menu de navigation

La Quête

Comment?

À vélo bien sûr! Pour son faible impact écologique. Pour sa vitesse à échelle humaine (ni trop lent ni trop rapide, l’idéal pour avancer suffisamment sans manquer l’important). Pour se réapproprier l’espace et le temps (redonner un sens aux distances selon les capacités humaines).

Avec un copain: être deux donne la possibilité d’avoir des points de vue différents sur une même chose et de soulever l’importance d’éléments que l’autre n’aurait pas perçue. Etre deux et ainsi pouvoir échanger permet d’améliorer le temps passé à chaque endroit. De manière plus pragmatique, être deux favorise le soutien mutuel et crée une émulation constructive dans un projet d’aussi longue durée.  Enfin, ce périple est pour nous un tremplin vers un potentiel projet de vie (dans un esprit écologique, de partage, donnant du sens à notre travail) que nous souhaitons préciser lors de ce voyage. L’idée à l’heure actuelle serait d’ouvrir une ferme-auberge fixant au quotidien l’esprit du voyage.

— Vous avez l’heure s’il-vous-plaît?

— Désolé, nous avons seulement le temps.

Proverbe africain

Libres ! Ou du moins avec le moins de contraintes possibles. Cela explique l’absence de sponsors: les contreparties risquaient d’être trop astreignantes et d’impacter la flexibilité de l’itinéraire et de la durée du voyage. Nous n’avons pas d’objectif physique ou chiffré. Nous gardons la possibilité d’être autonome (transport/hébergement) même si ce n’est pas un but en soi.

Partir seul sans être seul. C’est pourquoi nous avons souhaité partager notre projet sous différentes formes. Nous sommes par exemple suivi dans une école, par un dessinateur de BDs… L’objectif est de continuer à entretenir,croiser et multiplier ces initiatives qui gravitent autour de notre aventure.

Pourquoi?

Parce qu’à 26 ans, tout est possible! Nous sommes tous les deux diplômés, et nous n’avons ni attache ni responsabilité incompatibles avec ce voyage. Par contre, nous avons la chance d’avoir des familles qui nous soutiennent pleinement, avant, pendant et au retour du voyage.

Pour trouver notre voie dans une société qui impose de rentrer dans la vie active immédiatement après ses études, sans nous laisser le temps de réfléchir aux multiples options que permet l’indépendance nouvelle. Nous souhaitons que ce voyage soit une confrontation entre nos utopies et la réalité de la pratique, afin de préciser notre futur mode de vie en adéquation avec nos convictions. Nous voulons prendre part au changement de société qui s’opère afin de devenir nous-même acteur de notre vie.

Pour ce faire, nous abordons ce voyage sous différents angles:

  • Un de nos objectifs est de comparer entre-elles et avec la nôtre les différentes sociétés que nous traversons (culture, paysage, politique…), mais aussi d’avoir des points de vue extérieurs sur la France.
  • Nous voulons également acquérir des savoirs-faire dans différents domaines, principalement l’agriculture via le wwoofing. Apprendre des autres doit nous permettre de profiter de leur expérience, sans avoir besoin de réinventer ce qui existe déjà. Ces rencontres faciliteront la création d’un réseau facilitant notre projet futur.
  • Se connaître soi. Nous allons nécessairement tester nos limites d’adaptabilité individuellement et à deux, hors du quotidien et du confort habituel.
  • Penser collectif plutôt qu’individuellement. Ce voyage que l’on veut interactif doit nous rendre plus humains. Nous voulons tout autant apporter notre aide qu’être capable de recevoir celle des autres. En bref, faire attention les uns aux autres.

A quoi bon! Ca se fait pas! C’est pas moi! J’ai pas le temps! Moi je travaille!

Une triste société..

Scroll Up