Menu de navigation
Tea Time

Tea Time

sur 20 Nov, 2016 | Aucun commentaire

Quand on évoque l’Angleterre, son thé et l’art de vivre qui en découle apparaît rapidement dans l’imaginaire de chacun. Via la rédaction de cet article nous allons tenter d’expliquer comment l’infusion de cette plante millénaire originaire des lointaines contrées asiatiques est devenue le symbole de tout un pays.

L’arbuste

Nous prendrons pour point de départ, déformation professionnelle sans doute, une approche botanique. Le théier est un arbuste à feuille persistante de la famille des théacées, genre camellia et espèce sinensis. Contrairement à ce qui a longtemps été imaginé, les différentes sortes de thé sont obtenues à partir de cette seule espèce. La différenciation se fait par les divers traitements que subissent les feuilles après leur récolte. Naturellement cette plante peut atteindre une hauteur de 10 à 15 m mais on limite sa croissance pour faciliter le ramassage . Selon les conditions climatiques, l’arbuste commencera à produire au bout de 3 à 5 ans et sera facilement centenaire. Il se plaît dans des régions au climat chaud et humide, avec une alternance régulière de soleil et de pluies.

camellia_sinensis_-_kohler

Les légendes

De nombreuses légendes entourent le mystère de sa découverte.

La plus extravagante veut que lors de l’arrivé du moine indien Bodhidharma en Chine en 520, ce dernier se serait assoupi pendant une méditation ininterrompue de 9 ans, alors qu’il avait fait le vœu de s’abstenir de tout désir dont celui de dormir.  À son réveil, face à l’immensité de sa faiblesse, il décida de se punir en se coupant ses paupières qu’il jeta au sol. Une plante appelée « Cha » aux feuilles ressemblant à des paupières dont les vertus stimulantes facilitent le maintien de l’éveil, serait sortie de terre à l’endroit où le moine avait abandonné auparavant l’objet de sa punition.

La plus ancienne remonte à 2737 av. J.C. en Chine, lorsque l’Empereur SHEN NONG, l’un des trois Augustes, héros civilisateur de la mythologie chinoise, soucieux du bien-être et de la santé de ses sujets, leur ordonne de faire systématiquement bouillir l’eau avant de la consommer. Ce serait par une journée de grande chaleur que l’Empereur, s’assoupit à l’ombre d’un théier, pendant qu’il faisait bouillir de l’eau. A son réveil, il trouva dans sa jarre quelques feuilles qui avait infusé son eau, rendant son breuvage délicieux et décida d’inciter ses sujets à faire du thé leur boisson favorite.

Histoire

Ainsi naquit le thé, devenu la boisson la plus bu au monde (après l’eau bien sûr) mais dont les premières exportations de thé ne débutèrent de Chine vers le Tibet qu’au VIIème siècle. Il ne deviendra un commerce florissant en Asie qu’à partir du Xème siècle. Bien que déjà cité par Marco Polo dans son livre « Les Merveilles du Monde », le thé ne fera son apparition en Occident qu’en 1606, grâce à la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales. Les Pays-Bas ont à cette époque la mainmise sur le négoce des produits rares en provenance de l’Orient, mais cette suprématie sera vite remise en cause par les Anglais, qui fondent quelques années plus tard la Compagnie britannique des Indes orientales.

En 1662, la princesse portugaise Catherine Henriette de Bragance épouse le roi Charles II d’Angleterre, apportant en dot Bombay ainsi que son habitude de boire du thé à toute heure de la journée. Dès lors, on en sert dans les salons des riches marchands et de la haute société, mais il ne tarde pas à conquérir toutes les couches de la population entraînant un véritable engouement populaire pour cette boisson dans tout le pays.

La demande de thé des marchés européens est telle que la Compagnie britannique des Indes orientales finance l’expédition de Robert Fortune en 1842 pour la Chine. Ce botaniste a pour mission de répondre à cette demande si grandissante en exportant plus de 20 000 pieds de théier chinois vers l’Inde afin d’y développer la culture du thé. Cette volonté d’accroitre l’indépendance de l’Angleterre dans ce commerce se fera également au prix de deux déclarations de guerre au XIXème siècle connu sous le nom de guerres de l’opium.

C’est suite au développement de la production que le Five O’Clock devient une institution. En effet, en Angleterre, on déjeunait très tôt et on dînait très tard, c’est alors que la gourmande duchesse Anne de Bedford lança, pour calmer son féroce appétit, la mode d’inviter ses amis à partager entre trois et quatre heures de l’après-midi une tasse de thé accompagnée d’une collation. Cet encas était destiné à combler les petits creux de l’après-midi et non à se substituer au dîner du soir.

Aujourd’hui, on garde facilement l’image des Britanniques qui arrêtent tout pour leur traditionnelle eau chaude. Le Five O’Clock d’aujourd’hui ne se déroule plus tout à fait comme au siècle dernier car les anglais boivent déjà du thé à longueur de temps et surtout parce que comme nous, il est de plus en plus difficile de prendre le temps de se faire un petit Afternoon Tea à l’ancienne. C’est un luxe que l’Anglais ne s’accorde guère que lors de grandes occasions en famille ou entre amis.

Les différents Tea Time

Les Anglais en boivent tellement au long de la journée que le thé est aujourd’hui un pilier de la société britannique.

  • Le Early Morning Tea,  premier bu de la journée, est souvent pris au lit avec des biscuits secs.
  • Le Breakfast Tea, servi vers 11h, est une tasse de thé accompagné d’un petit-déjeuner copieux, afin de permettre de tenir jusqu’au Tea Time suivant.
  • Le célèbre Five o’clock Tea, comme son nom l’indique est préparé vers 5h et il en existe différente sorte. Le Cream Tea est une tasse de thé servie avec deux scones. L’Afternoon Tea classic est servi sur un plateau à 3 étages où les collations salés sont dressées sur l’assiette du haut, les confitures, le beurre, la clotted cream et les scones se trouve sur l’assiette du milieu et la derrière assiette contient l’assortiment de gâteaux ou de tartelettes. Le Five o’clock Tea, depuis son apparition, a en effet donné naissance à de nombreuses pâtisseries. À noter que les scones n’ont été ajoutés au cérémonial qu’assez tardivement, peut-être dans l’espoir de caler les gens plus vite afin d’éviter qu’il ne se goinfre trop rapidement des gâteaux plus raffinés mais au prix un peu élevé. Le High Tea, est composé d’une grande tasse de thé où les minis sandwiches et les scones sont alors remplacés par des plats chauds et copieux. Le but était de marquer les différences de classe sociale. En effet, dans une Grande-Bretagne industrialisée, seul les riches aristocrates avait le temps de jouir d’un tel plaisir alors les travailleurs devaient attendre la fin de leur travail pour prendre le Thé. Le Royal Champagne Afternoon Tea prolonge aujourd’hui cette volonté d’afficher les différences sociales puisque comme son nom l’indique,  est servi avec une coupe de champagne que dans les plus prestigieux salons de thé.
  • Enfin, un dernier thé est souvent bu le soir, avant d’aller se coucher

Les différentes recettes

Le thé

Les scones

Les shortbread

Le thé

Dans la haute-société de l’époque, il était bien vu que ce soit la maîtresse de maison qui serve elle-même le thé à ses invités. Pour ce faire, (elle n’allait tout de même pas tout faire), un  domestique apportait une première théière où l’infusion était déjà prête et laissait l’hôtesse la transvaser dans une autre théière le plus souvent en argent et dont la qualité les décorations participa grandement à la célébrité de cette boisson.

Les 5 règles d’or pour la préparation du Tea Time:

  • Ebouillanter préalablement la théière dont la chaleur permettra par la suite de réchauffer les feuilles de thé et ainsi de libérer tout leur parfum
  • Mettre autant de petites cuillerées de thé que le nombre de tasse souhaité
  • Ajouter une cuillerée en plus, comme le veut le dicton, pour la théière
  • Verser l’eau frémissante, et non bouillante, sur les feuilles
  • Laisser infuser trois à cinq minutes, remuer et servir.

Les scones

  • 300g de farine
  • 1 Sachet de levure chimique
  • 100ml de lait entier

  • 60g de beurre fondu
  • 1 œuf
  • 10g de sucre en poudre

  • Préchauffer le four à 200 °C.
  • Fouetter ensemble le lait, l’œuf et le beurre
  • Mélanger le sel, la farine et la levure
  • Ajouter le liquide en pétrissant le moins possible pour conserver l’air
  • Étaler la pâte jusqu’à avoir une épaisseur de 3 centimètres
  • Couper les scones à l’aide d’un emporte-pièce de 5 cm de diamètre
  • Disposer les sur une plaque à pâtisserie couverte d’une feuille de papier sulfurisé
  • Enfourner à 200 °C pendant 10 à 15 min jusqu’qu’ils soient gonflés et légèrement dorés

Les Shortbread

  • 125g de beurre
  • 150g de farine
  • 50g de sucre glace

  • 50g de sucre semoule
  • 1 gousse de vanille
  • 50 g de Sucre en poudre (pour la garniture)

  • Préchauffer le four à 200 °C.
  • Couper le beurre en cubes
  • Ouvrir et gratter la gousse de vanille
  • Mélanger tous les ingrédients jusqu’à obtention d’une boule (utiliser un robot cuisine pour plus de faciliter)
  • Etaler la pâte entre 2 feuilles de papier cuisson jusqu’à obtenir une épaisseur de 5 mm
  • Couper des rectangles de 6cm de long sur 1cm de large
  • Enfourner pendant 15 min jusqu’à ce qu’ils blondissent
  • Retirer du four et les saupoudrer encore chaud avec le sucre semoule

Cet engouement planétaire pour ce produit issu de la terre est sans aucun doute dû à ses saveurs variées, à son faible coût, à sa simplicité de préparation et aux vertus bénéfiques qu’apporte la théine, l’eau et les tanins qui le composent. Il est faible en calorie et en sel, il stimule sans énerver, la catéchine qu’il contient en fait un efficace diurétique et sa richesse en vitamines A, B1, B2, C, E, P et PP, en calcium, potassium, cuivre, zinc et surtout fluor, contribuent au bon équilibre et à la défense du corps.

C’est pourquoi il en est produit chaque année 2 700 000 tonnes, autrement chiffré il est bu 1200 milliards de tasses de thé par an, soit 36 000 à la seconde, ce qui correspond à une consommation annuelle moyenne de 600 grammes par habitant.

Scroll Up