Menu de navigation
Thermes romains, Bath

Thermes romains, Bath

sur 15 Nov, 2016 | Aucun commentaire

Bath fait sans conteste partie des plus belles villes anglaises, et visiter les thermes romains est inévitable pour cette cité construite autour de ses trois sources d’eau chaude, Hetling Sring, Cross Spring et King’s Spring. Cette eau provient des collines voisines, où elle s’écoule à une profondeur comprise entre 2700 et 4300 mètres. Ceci entraîne une augmentation de la température de l’eau, de 69°C à 96°C, et sous la pression, elle remonte par des failles géologiques.

Histoire

 

Les premiers à utiliser ces sources sont les Celtes. Selon la légende, le prince Blalud, fils du roi Rud Hudibras, fut banni car il était atteint de la lèpre. Il devint porcher, et s’aperçut par hasard que la boue chaude dans laquelle se roulaient ses cochons guérissait leurs plaies. Il se plongea alors lui-même dans l’eau chaude et fut guéri de la lèpre. Il devint roi et créa la ville de Bath, nommée alors Caer  Badon (ville des bains) en -863. Ce lieu sacré était alors dédié à la déesse Sulis.

L’invasion romaine marqua une nouvelle étape dans l’exploitation des sources. La paix établie, un temple fut construit en 60-70 après J.C., dédié à la déesse Sulis Minerve, divinité unissant la déesse celte Sulis et Minerve, la déesse romaine de la sagesse et de la guérison. Le complexe de bains fut aménagé au cours des trois siècles suivants. Des pieux de chêne furent utilisés pour créer des fondations solides sur la boue.  Ils canalisèrent l’eau vers un réservoir en pierre revêtu de plomb alimentant les bains, le trop-plein continuant sa course vers la rivière Avon. Les romains donnèrent à la ville le nom d’Aquae Sulis, signifiant « les eaux de Sulis ».

Les grandes dates

  • -863 : création de Caer Badon par le roi celte Blalud en l’honneur de la déesse Sulis
  • 60-70 : construction d’un temple dédié à Sulis Minerve
  • 70-410 : Aménagement du complexe de bains à Aquae Sulis
  • 1727 : découverte de la tête en bronze de Sulis Minerve
  • 1789-1799 : construction de la Grand Pump Room, salon néoclassique encore ouvert aujourd’hui

La terrasse

La visite commence à hauteur de la rue, sur la terrasse surplombant le Grand Bain. Le site romain est en réalité très étendu, et se trouve sous le niveau du sol moderne, sous les rues et places adjacentes. Le long de cette terrasse, on peut admirer 9 statues victoriennes datant de 1894. Elles représentent Jules César, l’empereur Claudius, l’empereur Verspasian, le gouverneur Ostorius Scapula, le gouverneur Soetonius Paulinus, le gouverneur Julius Agricola, la déesse Roma, l’empereur Adrian et l’empereur Constantin.

roman-bath-6

Le musée

Ensuite, on accède au musée, qui nous fait découvrir l’histoire du site au fur et à mesure que l’on descend sous terre, jusqu’au niveau des bains. On y trouve deux maquettes de l’ensemble du temple et des bains, de nombreux panneaux explicatifs, et des objets retrouvés lors des fouilles.

Plusieurs pierres constitutives du fronton ornemental sont par exemple exposées, une animation permettant de le reconstituer en entier. Le fronton était à l’origine soutenu par quatre grandes colonnes, et comporte de nombreuses références. Dans les coins, des tritons, équivalents masculins des sirènes, font allusion à Neptune, dieu des Eaux et des Sources. La présence de serpents entrelacés dans la barbe et les cheveux de la tête centrale ont conduit à interpréter qu’il s’agissait d’une tête de gorgonne, symbole de Sulis Minerva. Il pourrait également s’agir de la représentation d’un dieu de l’eau comme Oceanus.

 Le musée dispose aussi de plus de 12 000 pièces de monnaie romaines, une tête de femme en pierre provenant d’une tombe. De nombreuses pierres trouvées témoignent également de la présence d’un bâtiment possédant une façade nommé « façade des 4 saisons », celle-ci comportant des sculptures des quatre saisons, et surmontée d’un fronton représentant la déesse Luna. Enfin, on peut trouver des feuilles de plomb ou d’étain sur lesquelles étaient écrites des malédictions, et qui étaient jetées dans le bassin sacré.

Une passerelle enjambant la cour du temple permet de rejoindre la zone sacrée où les romains priaenit la déesse Sulis Minerve. On y trouve une pierre portant une inscription dédiée à la déesse et écrite par Marcius Memor, un prêtre à l’époque. Cette pierre devait soutenir une statue en bronze de Sulis Minerve, dont la tête est exposée après avoir été retrouvée en 1727. Son examen a révélé qu’elle est composée de six couches de dorure.

Les bassins

Après ces nombreuses explications historiques et mythologiques, nous accédons aux différents bassins. Le premier d’entre eux est le « Sacred Spring » ou source sacrée, où arrivent chaque jour 1 170 000 litres d’eau riche en minéraux. De nombreux objets y étaient jetés en offrande à Sulis Minerve, notamment les pièces de monnaies ou les malédictions. On peut même voir le conduit romain en plomb encore en état permettant d’évacuer l’eau vers la rivière Avon. Lors des fouilles, 34 pierres précieuses et un masque en étain y ont été retrouvés.

Nous approchons ensuite du Grand Bain, que nous avions vu depuis la terrasse. Il s’agit d’une grande piscine recouverte de 45 feuilles de plomb et profonde de 1,6 mètre, qui disposait à l’époque d’un toit voûté. On peut observer de petites niches autour du bain qui auraient abritées des bancs et peut-être de petites tables pour les baigneurs.

De nombreuses pièces ont été construites autour du Grand Bain pendant les 400 ans de son activité, parmi lesquelles côté est des vestiaires, des chambres chauffées ou encore une piscine tiède dont l’eau provient du Grand Bain. On y découvre le système de chauffage nommé hypocauste : un foyer communique avec le sous-sol de la pièce que l’on veut chauffer. Ce sous-sol contient une multitude de colonnes faites de briques superposées supportant le sol suspendu.

De l’autre côté du Grand Bain, on trouve également des piscines d’eau chaude, ainsi qu’un bain circulaire d’eau froide.

Pour conclure la visite, une fontaine a été installée, permettant de goûter l’eau très minéralisée issue des sources de Bath.

 

Si un endroit doit être visité lors d’un passage à Bath, il s’agit bien sûr des thermes romains. L’entrée n’est pas donnée mais la visite est très complète. Les nombreux détails historiques, les objets issus des fouilles archéologiques et bien sûr l’accès aux différents bains donnent une vision globale de cette ville encore aujourd’hui tournée autour de ses thermes et spa.

Scroll Up